Qui est Ed Thorp et comment a-t-il révolutionné le comptage de cartes?

Ed Thorpe

Ed Thorpe

Le comptage des cartes semble avoir toujours existé. De nombreux joueurs ont utilisé cette technique de jeu avec avantage pour faire des profits au fil des décennies.

Mais il fut un temps où cette stratégie était obscure et rudimentaire. Les premiers compteurs de cartes utilisaient des tactiques moins raffinées qui ne leur donnaient pas beaucoup d'avantage.

Cependant, tout cela a changé quand un mathématicien nommé Ed Thorp a révolutionné le comptage de cartes. Il a non seulement amélioré la capacité des joueurs à battre les casinos, mais il a également dévoilé le secret à la maison.

Continuez à lire pour en savoir plus sur Thorp ainsi que sur la façon dont il a changé le comptage des cartes pour toujours avec un système révolutionnaire et un livre intemporel.

Qui est Ed Thorp?

Né en 1932, Thorp est professeur de mathématiques, gestionnaire de fonds spéculatifs et auteur. Il est également un joueur expert qui a aidé à lancer certaines théories du blackjack.

Thorp a obtenu son doctorat en mathématiques à l'UCLA en 1958. Il a ensuite travaillé à la Massachusetts Institution of Technology (MIT) jusqu'en 1961, date à laquelle il est parti pour devenir professeur de mathématiques à la New Mexico State University.

Pendant son mandat dans l'État du Nouveau-Mexique, Thorp a commencé à faire des visites occasionnelles à Las Vegas pour jouer au blackjack. Il a utilisé son incroyable maîtrise des mathématiques pour comprendre qu'il pouvait gagner un avantage avec le jeu.

Thorp a non seulement utilisé ces capacités pour gagner de l'argent en jouant mais aussi pour créer son propre système de comptage de cartes qui a fait exploser le blackjack.

Comment Ed Thorp est-il entré dans le comptage de cartes?

Thorp et sa femme, Vivian, ont fait leur premier voyage à Las Vegas à la fin des années 1950. Lui et Vivian ont joué au blackjack pendant un certain temps avant de faire une découverte – le blackjack est un jeu battable.

Il a rappelé ce qui suit après son premier voyage:

"Après avoir joué au blackjack, il y a eu des choses que j'ai remarquées sur le jeu qui ne correspondaient pas à ce que l'on pensait être vrai."

Cette révélation a conduit Thorp à réfléchir à la façon dont il pourrait développer sa propre stratégie pour battre le blackjack. Le résultat final est qu'il a fait un sérieux progrès dans le comptage des cartes.

Thorp n'était pas la première personne à compter les cartes. En fait, les «quatre cavaliers» faisaient cela bien avant lui.

Roger Baldwin, un soldat de l'armée américaine possédant une maîtrise en mathématiques, jouait au blackjack dans la caserne lorsqu'il a commencé à concevoir des stratégies de comptage de cartes. Il a ensuite fait appel au sergent Wilbert Cantey, au soldat Herbert Maisel et au soldat James McDermott.

Les quatre hommes ont utilisé des calculatrices de la base militaire pour développer une stratégie de comptage de cartes qui pourrait presque battre le blackjack. Leur travail a ensuite été publié dans un livre de 1957 intitulé Playing Blackjack to Win.

Le seul problème, cependant, est que la stratégie de comptage des cartes des quatre cavaliers n’a pas donné aux joueurs un avantage suffisant pour battre la maison. Au lieu de cela, cela n'a amené les joueurs qu'à un pari presque égal avec les casinos.

C'est là que Thorp est devenu crucial car il a poursuivi ses recherches au point où un compteur de cartes pouvait faire des bénéfices.

Thorp a utilisé un ordinateur IBM 704 pour rechercher ses théories de jeu et les probabilités de gagner au blackjack. L'IBM 704 a aidé à calculer les mains et les chances de battre le casino avec différentes stratégies.

Il a découvert que l'on pouvait battre le blackjack en attribuant des points aux cartes et en misant plus lors de comptes favorables.

Il a d'abord mis sa théorie en pratique dans les casinos de Lake Tahoe, Reno et Vegas. Thorp a joué avec un joueur professionnel nommé Manny Kimmel, qui a misé ses efforts avec 10 000 $.

Thorp et Kimmel ont pu gagner 11 000 $ en un seul week-end. La paire a continué à jouer dans divers casinos et a utilisé des déguisements pour masquer leur apparence afin que la direction ne devienne pas suspecte.

Les fausses barbes et les lunettes de soleil enveloppantes que Thorp portait sont devenues aujourd'hui une parité pour les joueurs de blackjack qui veulent cacher leur identité.

Malgré ses déguisements et son identité cachée, la légende de Thorp a commencé à grandir parmi ceux qui étaient fortement enracinés dans la communauté des joueurs.

La demande pour sa stratégie est devenue si grande qu'il a décidé d'écrire un livre sur le sujet, dont je parlerai ensuite.

Battre le croupier a changé de carte pour toujours

En 1962, Thorp a publié la première édition de Beat the Dealer – un regard mathématique sur la façon dont les joueurs peuvent gagner des bénéfices du blackjack.

Ce livre a transformé le comptage de cartes d'une stratégie peu connue et infructueuse à une technique de jeu d'avantage célèbre qui se traduit par des profits garantis.

Le livre de Thorp a atteint les masses depuis que 700 000 exemplaires ont été vendus. Le travail a également atterri sur la liste des meilleures ventes du New York Times, un honneur rare pour un tel titre de spécialité.

Kimmel n'était pas fan de la publication du livre par Thorp, car il comptait sur le comptage des cartes pour continuer à faire de gros bénéfices. Son identité était à peine voilée sous le pseudonyme «M. X."

Les casinos, quant à eux, ont vu de l'intérieur une stratégie qui pourrait les battre. Cela a inspiré les établissements de jeux de hasard à utiliser diverses méthodes pour entraver les compteurs de cartes.

Pour Thorp, il n’a jamais réellement considéré le blackjack comme une voie vers la richesse. Au lieu de cela, il a simplement traité toute l'affaire comme une expérience académique.

Toutes ses conclusions et théories ont été présentées dans Beat the Dealer. Ce travail couvre le système Ten Count (abordé plus loin) et comment les joueurs peuvent l'utiliser pour gagner des profits garantis.

Beat the Dealer a également été une révélation pour sa discussion sur les règles qui donnent aux casinos leur avantage. De nombreux lecteurs ont d'abord été rebutés par le blackjack lorsqu'ils ont découvert les limites de la maison.

C'était particulièrement le cas avec des casinos comme le Las Vegas Sands, qui avaient des règles défavorables au blackjack qui leur donnaient un avantage de 5,3%.

Cependant, de nombreux lecteurs ont gagné en confiance en lisant Beat the Dealer. Ils sont entrés dans les casinos en supposant qu'ils allaient gagner avec le système Ten Count.

Les casinos ont d'abord été effrayés par l'afflux de joueurs remplissant leurs tables de blackjack. Ils craignaient que les compteurs de cartes leur rapportent d'énormes profits.

Les sites de jeu ont commencé à changer les règles, à harceler les compteurs suspects et à introduire de nouveaux jeux pour aider à affiner les tables de blackjack.

Les casinos ont finalement abandonné cette approche intransigeante en se rendant compte que le compteur de cartes moyen n'était pas très bon. Bien que connaître un système de comptage puisse aider, cela ne fonctionne que lorsqu'un joueur est suffisamment qualifié pour suivre le décompte.

Le résultat final est que le blackjack est devenu beaucoup plus populaire et que les établissements de jeu gagnaient toujours de l'argent, malgré le plus grand nombre de personnes comptant.

Système révolutionnaire à dix comptes de Thorp

La principale valeur de Beat the Dealer était l'introduction du système Ten Count. C'était la première stratégie que les joueurs pouvaient utiliser pour gagner un véritable avantage au blackjack.

Bien que ce système ne soit pas à la hauteur des stratégies de comptage modernes, il était assez impressionnant à l'époque. The Ten Count donne aux joueurs à succès un avantage dans les jeux à un seul jeu, qui étaient courants dans les années 1960 et avant.

Ten Count fonctionne en attribuant les valeurs de points suivantes à deux groupes de cartes:

Il est difficile pour les débutants d'attribuer ces valeurs à la volée. Mais vous pouvez voir un exemple de la façon dont cela fonctionne dans la pratique:

  • 6 est traité: +4 (comptez à +4).
  • 4 est traité: +4 (comptez à +8).
  • J est traité: -9 (compte à -1).
  • 3 est traité: +4 (comptez à +3).
  • Nombre = +3

Un inconvénient de Ten Count est qu'il ne définit pas quand vous devez augmenter vos paris en fonction du nombre. Au lieu de cela, vous augmentez simplement vos paris vers la fin du jeu lorsque le compte est positif.

Cette stratégie fonctionne dans les jeux à un seul étage et est facile à utiliser une fois que vous êtes habitué à ajouter rapidement 4 ou à soustraire 9.

Le glas de la mort pour le Ten Count aujourd'hui, cependant, est que la grande majorité des jeux de blackjack comportent plusieurs jeux. Thorp ne tenait pas compte de cela dans son système d'origine, car il n'avait qu'à se soucier des jeux à un seul étage.

Ces tables de jeu uniques qui existent aujourd'hui ont de mauvaises règles par rapport aux jeux auxquels Thorp a joué. Par exemple, le blackjack moderne à un seul étage offre des gains naturels de 6: 5 (au lieu de 3: 2), des restrictions de double down, pas d’as de resplitissage et moins de pénétration de deck (pourcentage de chaussures distribuées avant le remaniement).

Comment dix comptes se comparent-ils au comptage de cartes moderne?

J'ai établi que Ten Count peut fonctionner dans le blackjack à un seul étage dans les bonnes conditions. Cependant, vous avez besoin de règles favorables pour obtenir un avantage avec ce système.

Les joueurs de Blackjack ont ​​développé une stratégie de comptage de cartes afin de contrer les chaussures multi-deck et les règles défavorables qui sont présentes aujourd'hui.

Ten Count n'est pas assez précis pour battre un jeu à six jeux ou une table avec des gains 6: 5 et une faible pénétration du jeu.

Mais ce n'est pas parce que Ten Count n'est pas efficace aujourd'hui que vous ne pouvez pas trouver d'autres stratégies de comptage simples pour gagner de l'argent. Le Hi-Lo et le Knockout sont des systèmes faciles à apprendre tout en étant suffisamment précis pour vous aider à gagner de l'argent.

Chacun de ces systèmes a le même objectif de vous aider à repérer les opportunités lorsque le jeu a plus d'as et de cartes de 10 valeurs. Les as et les cartes de valeur 10 améliorent vos chances d'obtenir un blackjack naturel et de gagner un avantage sur les croupiers.

Le système Hi-Lo implique le suivi de groupes de cartes bas, neutres et élevés. Voici comment fonctionne le système de notation:

  • Cartes basses (2-6) = +1
  • Cartes neutres (7-9) = 0
  • Cartes hautes (A-10) = -1

Le Hi-Lo est un système de comptage «équilibré», ce qui signifie que le nombre atteindra toujours zéro à la fin de la chaussure. Un nombre égal de cartes ont un compte positif (5) et un compte négatif (5).

Un autre aspect important de Hi-Lo consiste à convertir votre compte «en cours» en un compte «vrai». Ce dernier explique combien de decks restent dans une chaussure.

Voici un exemple pour effectuer cette conversion:

  • Votre compte courant est +8.
  • Vous estimez que la chaussure a quatre ponts restants.
  • Votre vrai compte est +2 (8/2).

Un vrai compte peut être utilisé pour déterminer la taille de votre mise. La plupart des jetons se réfèrent à la plage entre la mise minimale de la table et leur mise la plus élevée comme un «écart de mise».

Des spreads plus élevés vous permettent de faire plus de bénéfices lors d'un compte positif. Mais des spreads plus importants rendent également les casinos plus suspects.

Quoi qu'il en soit, vous devez répartir vos paris dans une certaine mesure pour réussir. Voici un exemple de méthode que l'équipe de blackjack du MIT a développée pour déterminer un spread de pari:

  1. Créez une taille d'unité (par exemple 25 $).
  2. Calculez votre vrai nombre (par exemple +3).
  3. Soustrayez 1 du nombre réel (3 – 1 = 2).
  4. Multipliez ce chiffre par la taille de votre unité (25 x 2 = 50).
  5. Votre pari doit être de 2 unités (50 $).

Si la mise minimale de la table était de 10 $, votre spread de mise serait de 1 à 5 dans ce cas. Le 5 fait référence à la façon dont 50 $ est cinq fois plus élevé que la mise minimale.

Vous voulez généralement garder vos spreads de mise à 1-15 ou moins pour éviter d'attirer des soupçons immédiats.

Le système Knockout (KO) est un peu plus facile à utiliser que le Hi-Lo. Il ne vous oblige pas à convertir votre décompte en cours en un décompte réel.

La raison en est qu'il s'agit d'un système «déséquilibré», ce qui signifie que le nombre n'a pas à être égal à zéro à la fin d'une chaussure. À part cette différence, cependant, le KO est relativement similaire au Hi-Lo.

Cette stratégie commence par le suivi des groupes de cartes suivants:

  • Cartes basses (2-7) = +1
  • Cartes neutres (8-9) = 0
  • Cartes hautes (A-10) = -1

Vous remarquerez que le 7 est une carte basse avec cette stratégie, plutôt que neutre. C'est là que la nature déséquilibrée de KO est créée.

Le Knockout est un bon système à utiliser lorsque vous débutez, car vous n'avez pas à vous soucier du vrai nombre. Mais vous devriez envisager de passer au Hi-Lo légèrement plus précis à mesure que vous devenez plus expérimenté.

Conclusion

Ed Thorp n'a pas fait autant d'argent avec le comptage de cartes que d'autres légendes du blackjack comme Al Francesco, Bill Zender, Stu Ungar et l'équipe du MIT Blackjack.

Mais il n'essayait pas de devenir le plus grand joueur professionnel de tous les temps. Au lieu de cela, Thorp était un universitaire qui a utilisé ses recherches pour prouver que le blackjack était battable.

Il a prouvé sa théorie en développant le système Ten Count, qui lui a permis d'acquérir un avantage à long terme sur le casino. Lui et le joueur professionnel Manny Kimmel ont utilisé le Ten Count pour gagner 11 000 $ lors de leur premier week-end de jeu.

Thorp n'a pas pris beaucoup de temps pour continuer à gagner des bénéfices de comptage de cartes, car il a sorti Beat the Dealer en 1962. Ce livre offre un aperçu de la stratégie qu'il a utilisée pour gagner des bénéfices de blackjack.

Il fournit également aux joueurs une vue réaliste des règles du blackjack et de la taille d'un casino de pointe. Certains lecteurs n'aimaient pas le fait d'être désavantagés, tandis que d'autres battaient le croupier comme source d'inspiration pour lancer leur propre carrière de joueur.

Thorp a également utilisé la recherche pour battre la roulette grâce à l'utilisation d'un ordinateur portable. C'était un autre cas où il utilisait le jeu à des fins académiques, plutôt que pour gagner de l'argent.

Il ne s'est jamais reposé sur les lauriers de son statut de joueur légendaire. Au lieu de cela, Thorp est rapidement passé au marché boursier dans les années 1970.

Il a utilisé sa connaissance des probabilités et des statistiques pour exploiter les inefficacités des prix sur les marchés de la sécurité.

Thorp a depuis lancé plusieurs hedge funds, dont Edward O. Thorp & Associates, une société de Newport Beach, en Californie. En mai 1998, Thorp a indiqué que ses investissements avaient généré un rendement annuel moyen de 20% sur 30 ans.

Il a maintenant 86 ans au moment de la rédaction de cet article. Mais Thorp est toujours très actif sur le marché boursier et réalise de gros bénéfices à ce jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *