Comment faire un jeu à but lucratif

Comment faire un jeu à but lucratif

Le jeu professionnel a probablement au moins autant à voir avec ce que vous ne faites pas qu'avec ce que vous faites. La principale chose à éviter est de jouer à des jeux où vous n'avez pas d'avantage.

Certains joueurs professionnels jouent à des jeux où ils n'ont pas d'avantage sur la maison, mais ils sont l'exception à la règle. Et même alors, ils s'en tiennent à de l'argent qui ne fait pas partie de leur bankroll de jeu professionnel.

En d'autres termes, si un joueur professionnel joue à la roulette, il le fait uniquement pour le divertissement.

Lorsque j'écris un article de blog, j'essaie généralement de supposer que le lecteur en sait peu ou rien sur le sujet. Donc, lorsque j'écris un article sur la façon dont les joueurs professionnels ne jouent qu'avec un avantage, ma première hypothèse est que le lecteur ne sait pas ce qu'est un avantage mathématique.

C'est pourquoi le premier point de cette liste explique les mathématiques derrière le jeu.

La psychologie joue également un grand rôle en étant un joueur professionnel. Selon la nature de vos activités de jeu, vous pourriez ne faire qu'un revenu modéré de la classe moyenne. Dans de nombreux cas, les joueurs professionnels traversent parfois des périodes sèches et / ou perdent des séquences. Dans ces cas, ils ont besoin d'argent pour vivre.

L'autodiscipline et les compétences en mathématiques sont juste pour les débutants. Une fois que vous avez développé ces 2 compétences, vous devez encore atteindre un certain niveau de compétence dans l'activité choisie, quelle qu'elle soit. Être un joueur de poker ou de blackjack de niveau professionnel nécessite des compétences. Il faut beaucoup d'efforts pour développer ces compétences.

En fait, la plupart des gens ne sont pas faits pour être des joueurs professionnels. Pour la plupart des gens, l'effort requis par rapport aux récompenses n'en vaut pas la peine. Il est également difficile pour la plupart des gens de se séparer suffisamment de leurs émotions pour prendre le type de décisions cohérentes et rationnelles nécessaires au succès.

Si vous pensez que vous pourriez avoir ce qu'il faut, cet article fournit une aussi bonne introduction au sujet du jeu professionnel que tout ce que vous trouverez.

Si vous souhaitez en savoir plus sur comment gagner sa vie en tant que joueur, vous pouvez également consulter le livre Comment gagner 100 000 $ par an en jouant.

1. Comprendre les mathématiques

Si vous voulez jouer professionnellement, vous devez avoir suffisamment de connaissances en mathématiques pour comprendre certaines des subtilités de la probabilité. Je peux fournir une introduction au sujet ici, mais vous pourriez envisager d'acheter un manuel ou de prendre un cours sur le sujet.

La probabilité est la branche des mathématiques qui traite de la prévision de l'avenir. Il examine en noir et blanc la probabilité que certains événements se produisent. En fait, le mot «probabilité» n'est pas seulement une description de ce genre de calcul. Il s'agit également d'une description de la probabilité d'un événement.

La probabilité que quelque chose se produise peut toujours être exprimée sous la forme d'un nombre compris entre 0 et 1. Si quelque chose ne se produit JAMAIS, il a une probabilité de 0. Si quelque chose se produit toujours, il a une probabilité de 1.

Vous pouvez exprimer une probabilité des manières suivantes:

  1. Comme une fraction
  2. Comme une décimale
  3. En pourcentage
  4. Comme chance

Voici un exemple de probabilité exprimée en fraction:

Vous lancez une pièce et vous voulez exprimer la probabilité qu’elle tombe sur les têtes. Vous avez 2 résultats possibles, chacun étant tout aussi probable que l'autre. Pour exprimer cela sous forme de fraction, vous placez le résultat que vous regardez au-dessus de la fraction (le numérateur). Vous mettez le nombre total de résultats possibles au bas de la fraction (le dénominateur).

Dans ce cas, la probabilité est de ½.

Vous avez 2 résultats possibles, mais seulement 1 d'entre eux est des têtes.

Voici un exemple de cette même probabilité exprimée en décimale:

Soit dit en passant, ce n'est même pas un problème de probabilité. C’est juste un exercice de conversion de fractions en décimales. Pour convertir une fraction en décimale, il suffit de diviser le nombre par le dénominateur. 1 divisé par 2 est 0,5.

Vous pouvez également convertir cela en pourcentage, ce qui est facile à comprendre pour la plupart des gens:

Pour convertir une décimale en pourcentage, vous la multipliez par 100 et ajoutez le symbole%. 0,5 X 100 = 50%.

C'est l'un des moyens les plus populaires et les plus faciles à exprimer pour exprimer une probabilité. Si vous regardez la météo aux actualités, vous la connaissez probablement déjà assez. Quand le météorologue dit qu'il y a 50% de chances de pluie, vous savez ce qu'elle veut dire.

Les mots «pour cent» signifient «pour 100», vous pouvez donc toujours penser à un pourcentage comme le nombre de fois sur 100 que quelque chose se produira.

Exprimer une probabilité sous forme de cotes pourrait être la façon la moins intuitive d'exprimer ce nombre, mais cela peut être incroyablement utile pour les joueurs. Au lieu de comparer le nombre de façons dont quelque chose peut se produire avec le nombre total de résultats, lorsque vous parlez de cotes, vous comparez le nombre de façons dont quelque chose peut se produire avec le nombre de façons dont cela ne peut pas se produire.

Dans l'exemple du tirage au sort que j'utilise, les chances d'obtenir des têtes sont de 1 à 1. Vous avez 1 façon d'obtenir un résultat de tête et vous avez 1 façon de NE PAS obtenir un résultat de tête. C'est ce qu'on appelle des cotes égales.

Dans les situations de jeu, vous risquez de l'argent sur certains résultats. Si les chances de gain d'un pari sont meilleures que les chances de gagner, vous avez une situation rentable. (Les pros ont appelé cela + EV, ce qui signifie «valeur attendue positive».) Si les chances de gain pour un pari sont inférieures aux chances de gagner, vous avez une situation perdante. (Cela s'appelle -EV, ou «valeur attendue négative».)

Si vous vous placez constamment dans des situations + EV, vous pouvez vous attendre à un profit en jouant. En fait, c'est ce que font les casinos tout le temps. C’est ainsi qu’ils restent en affaires.

Le reste de ce post est rempli d'exemples de situations + EV, mais voici un exemple facile à comprendre qui continue de nos discussions de tirage au sort:

Supposons que vous soyez convaincu que vous êtes psychique et que vous pensez pouvoir prédire avec un certain degré de certitude dans quelle direction la pièce allait atterrir. En fait, vous êtes tellement convaincu que vous êtes prêt à parier 2 $ pour gagner 1 $.

J'ignorerai toute question de la probabilité que vous soyez vraiment psychique, et je vous poserai simplement la question suivante:

Qui, mathématiquement, a l'avantage dans cette situation?

De toute évidence, c'est l'autre gars. Il ne fait que perdre 1 $, et vous perdez 2 $, et mathématiquement, vous avez tous les deux 50% de chances de gagner ou de perdre à chaque fois.

Si vous assumez 100 lancers de pièces et que vous gagnez 50 fois, vous avez gagné 50 $. Mais vous aurez également perdu 50 fois, perdant 100 $. Votre bénéfice net est de – 50 $.

Si vous voulez être un joueur professionnel, vous voulez être le gars de l'autre côté de ce pari. Les pros ne comptent pas sur les pouvoirs psychiques. Ils comptent sur les mathématiques et sur le long terme.

2. Développer une autodiscipline incroyable

Le jeu est une activité émotionnelle. Toutes sortes d'hormones et de produits chimiques pénètrent dans votre cerveau lorsque vous jouez à un jeu de hasard pour de l'argent. Et une fois que cela a commencé, il est facile de commencer à prendre des décisions irrationnelles.

Les joueurs professionnels ne peuvent pas se permettre d'être irrationnels. Si et quand ils sont irrationnels, ils perdent de l'argent. Et perdre de l'argent n'est pas un moyen de gagner sa vie dans n'importe quelle activité.

Voici un exemple du monde du poker:

Vous jouez au poker solide depuis des heures. Vous pariez lorsque vous avez une grosse main et vous vous couchez lorsque vous avez des cartes pourries. Vous faites attention à la position. Vous savez quelles sont les tendances des autres joueurs.

Au cours des 6 dernières heures, vous n'avez joué que 6 mains et vous êtes allé dans le pot de chacune d'elles comme le favori pour gagner.

Et à chaque fois, votre adversaire vous a sucé. Il a commencé avec une pire main, puis il a eu de la chance.

Vous commencez donc à jouer un peu plus émotionnellement. Vous commencez à miser gros quand vous n'avez pas les cartes pour le justifier. Vous faites des relances lorsque vous savez que votre adversaire a probablement une meilleure main.

C'est ce qu'on appelle l'inclinaison.

C’est un excellent moyen d’aggraver une mauvaise situation à la table de poker.

Et les bons joueurs de poker peuvent sentir quand vous êtes incliné. Ils vont s'asseoir et attendre d'avoir de bonnes cartes, puis ils vous démoliront.

Les joueurs de poker professionnels ne vont pas sur l'inclinaison. Si et quand ils le font, ils arrêtent de jouer jusqu'à ce qu'ils aient à nouveau le contrôle de leurs émotions.

L'inclinaison peut arriver à n'importe quel joueur jouant à n'importe quel jeu. Il faut de l'autodiscipline pour éviter l'inclinaison et / ou pour changer votre comportement.

Les joueurs professionnels ont également besoin que la discipline soit extrêmement frugale. La nature du jeu est que vos résultats attendus se produisent à long terme. À court terme, tout peut (et se produira) souvent. C'est pourquoi certains joueurs de machines à sous gagnent parfois à la maison même si les chances sont contre eux.

En d'autres termes, vous pouvez être le meilleur dans votre profession de jeu choisie et avoir encore un mois perdant. Afin de continuer à payer vos factures, vous devez être assez économe pour pouvoir vous permettre ces ralentissements.

J'étais ami avec un professionnel du poker en ligne il y a quelques années, avant le Black Friday. Lui et moi avons discuté de ce que c'était que de gagner sa vie en jouant au poker en ligne.

Il m'a dit que 5 mois sur 6, il avait gagné 5 figurines en jouant au poker. Mais aussi, 1 mois sur 6, il a perdu 5 chiffres. Il était incroyablement rentable au fil du temps, mais il avait 2 mois de l'année où il perdait.

Je ne pouvais pas lui faire dire ses chiffres exacts, mais regardons le minimum dont il parle. Si vous réalisez un bénéfice de 10 000 $ 10 mois sur l'année, mais que vous perdez 10 000 $ 2 mois sur l'année, vous recherchez un bénéfice net de 80 000 $.

Mais vous devez toujours manger, payer le loyer et payer les factures pendant les mois où vous perdez de l’argent. Cela demande de l'autodiscipline.

Les joueurs professionnels ont également besoin de la discipline pour maintenir leur bankroll. Les joueurs récréatifs doivent simplement s'assurer qu'ils ont suffisamment d'argent pour jouer aussi longtemps qu'ils le souhaitent. Leur objectif est d'obtenir une valeur de divertissement maximale pour leur argent.

Les joueurs professionnels doivent s'assurer qu'ils conservent suffisamment d'argent pour pouvoir rester en action jusqu'à ce que les maths à long terme interviennent et commencent à faire des bénéfices. Il peut être difficile de ne pas puiser dans vos fonds de jeu pour sortir une jolie fille à un rendez-vous, ou pour acheter des billets pour un match de boxe que vous voulez vraiment voir, ou pour acheter un nouveau téléviseur lorsque les images sortent sur celui que vous avoir.

Mais c'est nécessaire si vous voulez rester en affaires.

Un joueur professionnel est un homme d'affaires. Et les hommes d'affaires doivent conserver suffisamment de capital pour continuer à faire des affaires.

Il va également sans dire que les personnes ayant des problèmes de contrôle des impulsions – alcooliques, toxicomanes, toxicomanes sexuels, etc. – réussissent rarement en tant que joueurs professionnels.

La raison est simple:

Si vous ne pouvez pas contrôler votre comportement, vous finirez par commencer à jouer à des jeux où vous n'avez pas d'avantage. Vous pourriez avoir de la chance pendant un certain temps, mais à long terme, vous perdrez tout votre argent.

Les professionnels ne perdent pas d'argent à long terme.

3. Devenez bookmaker

Un bookmaker, si vous ne le savez pas déjà, est quelqu'un qui prend des paris sur le sport. Dans votre bar local, vous entendrez souvent cette personne appelée «un bookmaker». Aux États-Unis, il est illégal d’être bookmaker à moins d’être au Nevada et de détenir une licence. C'est une option légitime, bien que coûteuse, soit dit en passant.

Mais vous pourriez envisager de devenir un bookmaker et de gagner votre vie en jouant, même si vous ne vivez pas au Nevada.

Ce n'est probablement pas ce que vous aviez en tête lorsque vous avez pensé à parier sur le sport de manière professionnelle, mais pensez à qui est le plus susceptible de gagner de l'argent dans une situation de paris sportifs.

Tout d'abord, le bookmaker vous fait généralement placer 110 $ en action pour gagner 100 $. Et il a également défini les lignes de manière à ce qu'il ait une action égale des deux côtés d'un match.

Si vous êtes un novice en matière de paris sportifs, voici ce que cela signifie:

«Action» est le montant d'argent que vous misez. Si vous devez parier 110 $ pour gagner 100 $, cela donne à l'autre partie un avantage, mais seulement si l'autre partie a 50% de chances ou mieux de gagner le pari.

Soit dit en passant, ces 10 $ supplémentaires sont appelés «la vigueur» ou «vig». C'est là que les bookmakers gagnent vraiment leur argent.

La ligne correspond au montant qu'une équipe doit gagner pour la considérer comme l'équipe gagnante dans un pari. Par exemple, si la ligne a les Cowboys comme favori de 7 points sur les Redskins, cela signifie que les Cowboys doivent gagner de 8 points ou plus pour que votre pari soit payant. Si les Cowboys gagnent de 7 points ou moins, un pari sur les Redskins est considéré comme gagnant.

La raison pour laquelle les bookmakers créent ces lignes est de créer une situation où les parieurs ont l'impression d'avoir 50% de chances de gagner. S'ils y parviennent, ils obtiennent une quantité égale d'action des deux côtés.

Voici un exemple:

10 personnes ont misé sur les Cowboys pour battre l'écart. 10 personnes parient sur les Redskins. C'est 20 X 1100 $ en action, soit 22 000 $. La moitié de ces parieurs gagneront, et la moitié d'entre eux perdront, parce que la moitié d'entre eux ont pris un côté et l'autre la deuxième. Le bookmaker doit débourser 10 000 $ de gains. Mais le bookmaker recueille 11 000 $ de gains de l'autre côté, ils obtiennent donc 1 000 $ de profit.

Le côté perdant paie le côté gagnant et puis certains. C’est ainsi que le vig fonctionne, et c’est ainsi que le bookmaker fait son profit.

Les petits bookmakers peuvent avoir du mal à équilibrer les deux côtés d'un concours de cette manière, sauf s'ils ont une clientèle inhabituellement importante. Beaucoup d'entre eux parient également avec d'autres bookmakers pour couvrir l'action de l'autre côté. Bien sûr, ils doivent également payer les autres bookmakers, mais cela peut les aider à couvrir l'autre côté de l'action.

Devenir bookmaker implique plus qu'une simple volonté d'ignorer les lois des États-Unis. (En fait, veuillez ne pas interpréter ce message comme un encouragement à enfreindre la loi ou comme un avis juridique.)

Vous devez également constituer une clientèle.

Pour la plupart des gens, trouver des clients pour parier avec eux n'est pas trop difficile. Vous devez être raisonnablement agréable, mais trouver des clients est aussi simple que de passer du temps dans un bar. Le type de bar dans lequel vous traînez pour les clients peut faire toute la différence.

Les meilleurs bars où vous pouvez trouver des parieurs sportifs sont de petits bars où les barflies boivent fort et regardent le sport. Vous ferez particulièrement bien avec les bars qui ont une équipe de habitués l'après-midi avant l'happy hour. Comme il y a des habitués là-bas, si vous choisissez un client, ils vous renvoient souvent vers d'autres clients.

J'ai un ami qui est CPA. Un de ses clients était un bookmaker. Il a dit que son client n'avait jamais eu de problème avec l'IRS le remettant au FBI; tant qu'il payait ses impôts, tout allait bien.

C'est donc un point important:

Budget vos impôts sur le revenu dans l'équation.

Se mettre du mauvais côté de l'Internet Revenue Service est une grosse erreur.

De plus, si vous allez exécuter une opération de bookmaking illégale, gardez un profil bas. Ne créez pas de site Web et ne prenez aucun pari sportif de quelque nature que ce soit sur le Web. Les poursuites sont rares avec les bookmakers, mais cela arrive. Mais il est plus probable que cela arrive aux bookmakers de haut niveau avec une présence sur le Web.

Et encore une fois, veuillez comprendre que je n'offre pas de conseils juridiques. Ce message entier est destiné à des fins de divertissement. Mais je pense que beaucoup de ces détails sont instructifs et utiles aussi.

L'essentiel est qu'il est beaucoup plus rentable d'être le gars qui prend les paris que d'être le gars qui fait les paris.

4. Posséder un casino

Une autre façon de profiter du jeu est de posséder le casino. Cela pourrait être un tronçon pour beaucoup de gens. Il y a des problèmes de licence et de financement qui dépassent la capacité de la plupart des gens à comprendre, encore moins à mettre en œuvre.

D'un autre côté, personne dans l'industrie du jeu n'est plus rentable que le propriétaire du casino. Vous jouez toujours, mais vous jouez avec les cotes en votre faveur à chaque pari.

C’est la meilleure façon de jouer professionnellement.

Les casinos souterrains sont également possibles, mais dans la plupart des États, c'est un crime de gérer une opération de jeu illégale. Selon la sévérité des lois dans votre région, vous pourriez vous retrouver avec une peine de probation grave ou même une peine de prison.

Cela étant dit, je ne sais pas combien de bars et / ou de stations-service j'ai visités dans l'État du Texas qui contenaient des «8 lignes». C’est juste une autre façon de dire «machine à sous». Théoriquement, ces jeux sont légaux tant que personne ne gagne d'argent.

Mais soyons réalistes.

J'étais un habitué d'un bar à Dallas pendant des années. Ils avaient deux ou huit doublures à l'arrière près du juke-box. Si vous avez gagné beaucoup d’argent, vous n’avez pas été payé en espèces par la machine. Vous en avez parlé au barman et vendredi, vous êtes entré au bar pour récupérer une enveloppe chez le propriétaire. L'enveloppe contenait vos gains, en espèces.

Un de mes amis a gagné quelques centaines de dollars par semaine. Vendredi, il a appelé le bar pour parler au propriétaire, voulant lui demander quand il pourrait récupérer son enveloppe. Bien sûr, le propriétaire ne connaissait pas mon ami, alors il a dit: "Je ne donne pas d'enveloppes à des gens que je ne connais pas."

J'ai dû appeler le propriétaire et lui expliquer qui était mon ami. Une fois qu'il a su, tout allait bien.

C'est un petit casino, je sais, mais je ne peux qu'imaginer combien d'argent ces 2 machines ont fait. J'ai connu un vieux charpentier qui a perdu 300 $ dans ces machines jeudi soir. Il m'a emprunté 200 $ pour essayer de rattraper son retard. Il a également perdu cela.

À son crédit, il m'a remboursé le jeudi suivant, comme promis. Mais s'il déposait ce genre d'argent sur ces machines un jeudi soir, combien d'argent les autres habitués y mettaient-ils?

J'ai demandé au barman une nuit, et il semblait penser qu'ils gagnaient au moins 1000 $ par semaine à partir de chaque machine en moyenne. Ce n'est pas mal pour un bar si petit que l'occupation légale maximale était de 60 personnes.

D'un autre côté, s'ils s'étaient déjà fait écraser, cela aurait été un frein.

J'avais aussi quelques amis qui possédaient des salles de poker souterraines. Je place cela dans la catégorie des jeux professionnels, même si la maison ne joue pas vraiment dans cette situation – ils collectent juste un pourcentage de chaque pot sur un certain montant. Les 5% environ qu'ils collectent dans le pot s'appellent «le râteau». C’est fondamentalement la même chose que le bord de maison pour un casino ou le vig pour un livre de sport.

J'ai fait quelques calculs une fois sur combien d'argent vous pourriez gagner en possédant une salle de jeux souterraine. Je pensais que vous pourriez louer un appartement ou un bureau décent pour 1500 $ par mois. Votre facture d'électricité coûterait probablement 200 $ par mois, et vous pourriez prévoir 300 $ pour d'autres dépenses diverses. Je ne suis pas sûr à 100%, mais je pense que les concessionnaires ne travaillaient que pour obtenir des conseils.

Mais combien d'argent envisagiez-vous de gagner?

Si vous avez 4 tables complètes la plupart du temps, vous avez 36 joueurs. En supposant que chaque table joue environ 50 mains par heure, soit 200 mains ratissées par heure. Si la taille du pot moyen est de 20 $, cela représente 4 000 $ par heure en action et 200 $ par heure en profit pour la salle de jeu.

Supposons que vous ne soyez ouvert que 4 nuits par semaine pendant 8 heures par nuit. C'est 32 X 200 $, ou 6400 $ par semaine. Même si vous supposez que mes hypothèses sont trop optimistes et que vous les divisez par 2, 3200 $ par semaine de plus que couvre vos dépenses et vous laisse beaucoup de bénéfices.

Parlons d'autre chose lié à la possession de votre propre casino: le bord de la maison. La plupart du temps, lorsque nous parlons d'un casino, nous parlons d'une entreprise qui héberge des jeux de casino. Tous ces jeux paient moins cher que l'offre de jeux.

La différence est le bord de la maison. Il est exprimé en pourcentage.

Le bord de la maison est une attente à long terme. Nous parlons d'un nombre presque infini de paris. Mais un casino avec un nombre raisonnable de clients se rapproche de cette attente à long terme beaucoup plus rapidement qu'un individu jouant à ces jeux de casino.

C’est pourquoi les casinos peuvent continuer à attirer des clients. À court terme, les joueurs peuvent gagner.

Mais à long terme, les casinos gagnent inévitablement.

Vous voulez être un joueur professionnel?

Posséder un casino.

Voici un exemple du bord de la maison:

La roulette américaine a 38 numéros sur la roue. 18 d'entre eux sont noirs et 18 d'entre eux sont rouges. 2 d'entre eux sont verts.

Vous pouvez parier sur le noir et obtenir un gain d'argent égal si vous gagnez. Mais vous n’êtes pas du tout confronté à 50/50 de chances de gagner.

Vous avez 18 situations gagnantes possibles et 20 situations perdantes possibles. Le nombre total de résultats possibles est de 38. Vos chances de gagner sont donc de 18/38 ou 9/19.

Cela signifie que le pourcentage de chances de gagner ce pari est de 47,37%. La probabilité de perdre est de 52,63%.

Supposons que vous ayez placé 100 paris et vu des résultats mathématiquement parfaits. Si vous misiez 1 $ par pari, vous gagneriez 47,37 $ et perdriez 52,63 $. Votre perte nette serait de 5,26 $.

Et c'est l'avantage de la maison pour la roulette: 5,26%.

L'avantage de la maison varie d'un jeu à l'autre, mais la maison a toujours un avantage dans un casino. (Il y a des exceptions que je couvre plus loin dans ce post.)

5. Apprenez à tricher

Cela pourrait être la technique de jeu professionnelle la plus risquée de la liste. Je ne le recommande pas, en fait, mais c'est une option. La tricherie est tout ce qui change les conditions du jeu afin de vous donner un avantage injuste.

Voici un exemple:

Vous avez des ongles longs et pointus. Vous jouez au poker. Vous marquez le dos de certaines cartes avec vos ongles.

Vous savez maintenant quand vos adversaires ont certaines cartes. Vous avez un avantage que les autres joueurs n'ont pas. C'est également injuste, car vous avez, à leur insu ou sans leur consentement, changé les conditions du concours.

Attrapez-vous en faisant cela dans certains jeux de poker et vous risquez de vous faire tirer dessus – ou du moins de vous battre. Le tireur ou le gars qui donne le coup de pied prendra également votre argent, ce qui est une perte nette au lieu d'une victoire.

Ce n'est pas le seul moyen de tricher au jeu. La publication passée est une façon populaire de tricher. Il s'agit simplement de mettre de l'argent supplémentaire en plus de votre pari une fois que vous êtes déjà au courant de son résultat. Il est presque impossible de s'en tirer et si vous vous faites prendre, vous risquez d'être arrêté et poursuivi.

N'importe quel nombre de tours de cartes est possible si vous êtes un mécanicien de cartes. Vous pouvez distribuer aux gens les cartes que vous voulez sans qu’ils le sachent. Cela peut évidemment créer un énorme avantage pour vous.

Vous pouvez jouer au craps avec des dés chargés. Encore une fois, cela change les conditions pour que le jeu de hasard ne soit plus équitable.

Vous pourriez soudoyer un boxeur pour faire une plongée. C'est aussi un moyen de changer les conditions d'un pari et de vous donner un avantage injuste. Cette technique est d'ailleurs très populaire dans les films, en particulier dans le film noir.

Les tricheurs de machines à sous ont également utilisé divers appareils pour truquer ces jeux en leur faveur.

La tricherie n'est PAS la même chose que le jeu avec avantage.

6. Compter les cartes au Blackjack

La technique de jeu avec avantage la plus connue est le comptage de cartes au blackjack. «Avantage du jeu» signifie simplement utiliser des techniques juridiques pour mettre les chances de votre côté plutôt que celles de la maison. Étant donné que le comptage des cartes implique simplement de penser au jeu pendant que vous jouez, il est difficile de le considérer comme une «tricherie», même si le casino essaie d'impliquer cela.

Ce site contient de longues pages sur le comptage des cartes dans la section blackjack, mais je vais l'expliquer en termes simples ici aussi. Je suppose que vous ne savez pratiquement rien du jeu.

Votre objectif au blackjack est de vous rapprocher de 21 sans dépasser et de battre le total du croupier. Vous commencez par recevoir 2 cartes. Les cartes valent leur valeur nominale à l'exception de l'as et des cartes faciales. L'as vaut 1 ou 11, selon votre préférence. Les cartes face valent 10.

Si vous recevez un «naturel» ou un «blackjack», vous gagnez immédiatement un gain de 3 à 2 sur votre mise. Donc, si vous misez 100 $ sur une main et que vous obtenez un naturel, vous gagnez immédiatement 150 $.

Ce paiement de bonus sur cette main est l'endroit où le comptage des cartes peut vous donner un avantage. Contrairement à la plupart des jeux de hasard, le blackjack a une mémoire. Voici ce que je veux dire:

Lorsque vous jouez à la roulette et qu'une balle atterrit à un endroit particulier de la roue, le nombre de points reste le même lors de la prochaine rotation. Il y avait 38 emplacements, et vous aviez une probabilité de 1/38 d'obtenir un numéro particulier. Au tour suivant, les chances sont les mêmes: 1/38.

Mais au blackjack, chaque fois que vous distribuez une carte, vous changez les chances.

Il existe également un moyen simple de comprendre cela.

Vous devez recevoir un as pour obtenir un naturel. Si vous jouez avec un seul paquet et que tous les as ont été distribués, il est impossible d'obtenir un total de 21 cartes sur 2.

D'un autre côté, si le rapport des 10 et des as dans le jeu avec les cartes inférieures dans le jeu est relativement élevé, vos chances d'être traitées augmentent naturellement. Cela signifie que vous êtes plus susceptible d'obtenir ce paiement de 3 à 2.

Et c’est exactement ce que font les compteurs de cartes. Ils suivent le rapport des cartes hautes aux cartes basses, et quand il y a beaucoup de cartes hautes dans le jeu, ils augmentent la taille de leurs paris afin d'obtenir ces gains supplémentaires.

Étant donné que le blackjack a un avantage de 0,5% à 1% en moyenne, il ne prend pas beaucoup de chance dans les chances de transformer le jeu en une proposition d'attente positive pour le joueur. En misant le minimum lorsque le jeu ne vous favorise pas, mais en misant beaucoup plus quand il le fait, vous améliorez vos chances contre le casino au point où vous avez un avantage sur le casino compris entre 0,5% et 1%.

Cela ne signifie pas grand-chose à court terme. Vous pouvez facilement perdre beaucoup d'argent même lorsque les chances sont en votre faveur. Mais à long terme, sur toute une vie de jeu, vous finirez par voir un profit.

Le montant attendu de ce bénéfice est également facile à calculer. Vous regardez juste combien de paris vous placez par heure, puis vous multipliez cela par le bord que vous avez sur la maison. Vous multipliez cela par votre taille de mise moyenne.

Voici un exemple:

Vous jouez à une table où vous obtenez 50 mains par heure. Vous pariez en moyenne 100 $ par main, vous mettez donc 5000 $ par heure en action. Si vous avez un avantage sur le casino de 1%, vous vous attendez à gagner – à long terme – une moyenne de 50 $ par heure.

Soit dit en passant, ce n'est pas très bien. C'est environ 100 000 $ par an si vous jouez 40 heures par semaine. Mais je ne connais aucun joueur de blackjack qui passe autant de temps à la table. En fait, je ne connais pas beaucoup de gens qui voudraient passer autant de temps à jouer à un jeu de cartes de toute nature (sauf le poker, peut-être).

Passer ce genre de temps à la table de blackjack signifie éviter la chaleur des casinos. «Heat» n'est qu'un terme de jargon décrivant les efforts d'un casino pour empêcher les joueurs de compter les cartes. Ils se réservent le droit de refuser de vous laisser jouer au blackjack. Ils interdisent même parfois les joueurs d'un casino.

Pour éviter la chaleur, la plupart des compteurs de cartes limitent le temps qu'ils passent à une table particulière à une heure ou moins. Ils limitent également le nombre de fois qu'ils jouent dans un casino chaque semaine à une ou deux fois. Ils évitent également de jouer au casino pendant les mêmes quarts de travail.

Il est donc plus difficile de rentrer 40 heures par semaine.

Les compteurs de cartes à sens unique font plus d'argent en travaillant en équipe. Ils ont diverses techniques pour éviter la chaleur du casino. Un exemple est la stratégie du «grand joueur».

La plupart des marqueurs de cartes augmentent et diminuent leurs paris en fonction du nombre. C'est un gros indice pour le casino que vous êtes un joueur d'avantage. Mais les équipes de blackjack auront parfois un joueur qui mise à plat tout le temps qu'il joue, quel que soit le compte.

Mais lorsque le décompte devient vraiment positif, il signale le «grand joueur». Ce joueur erre dans le casino, agissant ivre (et riche). Quand il voit ce signal, il se dirige vers la table où le compte est positif, et il place un énorme pari. Avoir les chances accrues d'obtenir un blackjack sur cet énorme pari donne à toute l'équipe un avantage.

Et c'est juste une technique avancée que les équipes de comptage de cartes utilisent pour obtenir un avantage sur le casino. Les joueurs de blackjack professionnels ont toute une liste de techniques qu'ils peuvent utiliser pour obtenir un avantage sur la maison, y compris des choses comme le suivi aléatoire et les révélations du croupier.

7. Master Video Poker

Le vidéo poker est mon jeu de casino préféré. Cela ressemble à une machine à sous, mais en réalité, les jeux sont radicalement différents. Voici pourquoi:

Les deux jeux impliquent d'aligner des symboles générés aléatoirement en ligne sur un écran d'ordinateur. Dans les jeux de machines à sous, ces symboles peuvent être n'importe quoi, mais ce sont souvent des fruits, des barres, des cartes à jouer ou des symboles de nouveauté liés au thème du jeu. Au vidéo poker, ils jouent toujours aux cartes.

La grande différence est que sur un jeu de machine à sous, vous n'avez aucun moyen de savoir quelles sont les chances d'obtenir un symbole particulier. Vous savez ce que vous êtes payé pour les différentes combinaisons, mais sans les chances d’obtenir ces combinaisons, vous ne pouvez pas faire de jugement sur l’avantage que la maison a sur vous.

Mais sur un jeu de vidéo poker, les chances d'obtenir chaque symbole sont les mêmes que si vous jouiez avec un véritable jeu de 52 cartes. (Si vous jouez dans un jeu avec un joker, ce pourrait être un jeu de 53 cartes.) Cela fait quelque chose pour vous — il vous permet de calculer le pourcentage de retour sur investissement pour le jeu.

D'accord, c'est une autre nouvelle phrase que je vous ai présentée. Le «pourcentage de récupération» est le revers de la médaille de la maison, et il est utilisé pour décrire les machines à sous. Soustrayez le bord de maison d'un jeu de 100%, et vous avez le montant qu'il devrait rembourser au fil du temps.

Par exemple, si vous jouez à un jeu de machine à sous avec un avantage maison de 4%, le pourcentage de récupération est de 96%. Bien sûr, les machines à sous sont le SEUL jeu du casino où vous ne savez pas ce qu'est l'avantage de la maison.

Mais c'est la première différence majeure entre les machines à sous et le vidéo poker. Vous pouvez calculer le pourcentage de récupération et l'avantage de la maison d'un jeu de poker vidéo en analysant les gains de chaque combinaison (en termes de poker, chaque «main») par rapport aux chances d'obtenir chaque main.

Voici l'autre différence majeure:

Sur un jeu de machine à sous, vous ne prenez vraiment aucune décision de quelque conséquence que ce soit. Vous mettez votre argent dedans, faites tourner les rouleaux et espérez le meilleur. Mais sur un jeu de vidéo poker, une fois que vous obtenez vos 5 cartes, vous décidez ensuite quelles cartes vous allez "détenir". L'ordinateur traite ensuite vos nouvelles cartes.

Cela signifie qu'il existe une manière mathématiquement correcte de jouer chaque main. Votre objectif est de maximiser votre retour attendu sur chaque main.

Voici un exemple de la façon dont vous devrez peut-être comparer les options d'un jeu de vidéo poker:

Supposons que vous recevez une main composée de l'as, du roi, de la reine et du valet, tous les cœurs. Le 5e carte dans votre main est le cric de pique.

Vous avez donc le choix entre 2 grandes options. L'un d'eux consiste à tenir la paire de prises. Après tout, c'est une victoire certaine, mais cela ne paie que des chances égales. Vous avez essentiellement 100% de chances d'obtenir un paiement d'une pièce. (J'utilise une table de paiement Jacks or Better standard pour cet exemple.)

Vous avez également la possibilité de jeter le valet de pique et d'essayer de tirer un 10 de cœur. Si vous obtenez le 10 de cœur, vous avez touché une quinte flush royale, qui a le paiement le plus élevé de toutes les mains du jeu. En fait, il paie 800 contre 1. Mais il n'y a qu'une seule carte dans le paquet qui fera cette main pour vous.

Quelle est la meilleure décision?

Pour calculer la valeur attendue d'une décision, vous multipliez la probabilité de gagner le pari par le gain.

Nous avons déjà expliqué comment vous avez 100% de chances de gagner 1 pièce, ce qui correspond à une valeur attendue de 1 pièce.

Mais non, nous devons examiner la probabilité de toucher cette quinte royale. Les chances ne sont pas grandes. But we can calculate it accurately.

You only have 1 outcome that will work. But you have 47 possible outcomes total. So the probability of getting the card you want is 1/47, or about 2%. A 2% chance of winning an 800 coin payout is an expected value of 16 coins.

Since 16 coins is better than 1 coin, you would opt for drawing to the royal flush, even though 98% of the time you’ll miss your hand.

Perceptive readers might notice that this is a hugely simplified way of calculating which is the better decision. I didn’t account for the fact that you might also hit 3 of a kind, 4 of a kind, full house, a straight, or a flush, depending on which choice you made.

But you get the idea.

Since you can calculate the payback percentage and the correct decision, you can treat video poker a lot like blackjack. It’s a low house edge game, and there are ways of getting an edge over the house.

One way is to just stick with extremely good pay tables. If you can find a “full pay” Deuces Wild video poker game, and if you can play it with perfect strategy, you can achieve a payback percentage of 100.76%. That’s an edge over the house of 0.76%. That’s comparable to what blackjack players achieve.

(A “full pay” video poker pay table is the best possible version of that game—the one with the highest payback percentage. Different casinos and different machines within the same casino might have less optimal pay tables. In fact, they often do.)

Here’s the problem with specializing in full pay Deuces Wild:

There are only a tiny handful of casinos in the country that even make this game available. Most of them are on the Boulder Strip in Las Vegas. And the games are only available in low limits.

How much money could you realistically make playing full pay Deuces Wild professionally?

You always bet 5 coins per hand in video poker, so you’re looking at wagering $1.25 per hand. If you’re a pretty fast player, you can play 600 hands per hour. That’s $750 per hour in action.

If you’re winning 0.76% of that, over a long period of time, you’re looking at averaging $5.70 per hour in winnings. That’s not even minimum wage.

But most video poker players are combining games with a slight negative expectation with other factors to increase their overall payback percentage to over 100%.

Here’s an example of that:

One player might be playing Jacks or Better with a 99.54% payback percentage. But he’s also a member of the rewards club at the casino, so he gets 0.2% back.

But that still doesn’t create a positive expectation. He’s still playing a casino game with a house edge, albeit a small one of just 0.26%.

But this player decides she’s going to only play this game during the triple points promotions. Now she’s getting 0.6%. This gets her a tiny edge over the house, but she’s retired, and she sees it as an opportunity to gamble for free and get cool stuff on her vacation.

Also, she can play for higher stakes. This casino has dollar machines AND $5 machines. So she can bet $25 per hand. That’s $15,000 in action per hour. With an edge over the casino of only slightly more than 0.1%, she’s still making more money per hour–$15 per hour instead of $5.70.

The real video poker pros wait until a progressive jackpot gets big enough that the game has a really high edge for the player. The higher the progressive jackpot gets, the lower the house edge. At a point, it becomes so low that the odds are actually then in the players’ favor.

When this happens, advantage gambling teams usually stake out all the seats on those games. When they need a break, someone else from the team will take their spot. When the jackpot is finally won, the team splits the proceeds.

8. Play Poker at a Professional Level

Betting on sports and playing poker are probably the 2 best ways to become a professional gambler—short of owning your own casino. That’s because these 2 ways are both profitable and reasonably easy to get involved in, at least compared to the other options on this list.

But it’s not as easy to be a long-term winning poker player as you might think. And if you’re playing Texas hold’em, which you probably will be, since it’s the most popular poker game today, you’re dealing with a huge luck factor. In fact, lots of people get on winning streaks in hold’em even though they’re playing terribly. When their long term expectation kicks in, they’re awfully disappointed.

The reason that it’s hard to beat poker is because most of the time you have to not only be better than your opponents, but you have to be better than they are by a certain amount. Most cardrooms take 5% of every pot. So not only do you have to be better than the other players, you have to be far enough ahead of them to make up for the 5% and then some.

Most of the literature I’ve seen about professional poker suggests that you measure your hourly rate in poker in terms of big bets won. The big bet is the number after the / when you’re talking about the game’s limits. For example, if you’re playing in a $5/$10 limit game, you’re looking at your winnings in terms of $10 per hour.

A poker professional can count on a long term winning rate of 1 or 2 big bets per hour. But if you’re playing online exclusively, you can increase that multiple by playing more per hands per hour and by playing at more than one table at a time.

If you’re good enough to win one big bet per hour, and you can manage playing 4 tables at once, you can win 4 big bets per hour.

To make a reasonable living, let’s assume you need to earn at least $10,000 a month. If you specialize in $5/$10 holdem, you need to be able to win 1000 big bets per month. At 4 big bets per hour, that’s 250 hours per month of play. That’s a little over 60 hours a week of play.

Most poker players can’t play for 60 hours a week and maintain any kind of quality of life. So you have to look at ways to increase your hourly earnings.

You can do this by playing more tables at once.

You can do this by increasing the amount you win per hour.

You can do this by playing for higher stakes.

Let’s say you’re able to increase all of these factors by 50%. Now you’re playing 6 tables at a time. You’re playing for $7.50/$15. And you’re now winning 1.5 big bets per hour.

You’re now earning $135 or so per hour. To make $10,000 per month, you need to play for 74 hours per month. That’s less than 20 hours a week, and that’s a little more like it.

None of these numbers are exact, either. Your hourly earnings will fluctuate upward and downward over time. The level of competition will improve and get worse. Your energy levels will fluctuate, so you might play more or fewer hours a month.

You might change stakes based on fluctuations in your bankroll. You might find that the competition gets much better at one level compared to another, so you might have to stay at a certain level before moving up. You might never get good enough to move up to the next level.

No limit players, by the way, measure their progress by ROI (return on investment). They look at how much money they’re putting in the pot per hour and what percentage of that they expect to win. They also face higher bankroll fluctuations. But their potential profits are higher.

Tournament players also look at return on investment as their key performance indicator. You might lose 80% of the tournaments in which you play, but you make enough money from the 20% you place in to make up for your losses and more.

If you’re really good and really lucky, you might be able to win the World Series of Poker Main Event. Pull that off, and you’ve made a living for the rest of your life. But even great players know that winning that event is like winning the lottery.

Voici pourquoi:

Let’s say you’re 3 times as good as the average player in the World Series of Poker. There’s a $10,000 entry fee for this tournament. The top prize in 2015 was $7.7 million, and anyone finishing in the final 9 won at least $1 million.

Your odds of being the first place winner would be 1 in 6420 if you were playing with players who were all exactly as good at poker as you are and no better. But since you’re 3 times as good as any of them, your odds of winning first place are 1 in 2140.

That’s still a longshot, but it’s not quite as bad as the lottery.

And you still have a good shot at being in the final 9, too. The odds for that are 9 in 6420, and since you’re 3 times as good as the average player, that’s 27 in 6420. That’s a 1 in 238 chance of winning a million dollars on your $10,000 entry fee.

Your odds of winning anything at all, or at least getting your entry fee back, are actually quite good in this scenario. The top 1000 places paid out, which is 1000 out of 6420, or roughly 1 in 6.4. If you’re 3 times better than your opponents, you have an almost 50% chance of finishing in the money and at least making a small profit.

Here’s the trick though:

Getting to a point where you’re that much better than the average player at those stakes takes a lot of time, effort, talent, and smarts.

Poker isn’t a physical activity, but you can still consider it a sport. Some people are talented at sports, but some people just don’t have what it takes to excel.

Think about it this way:

No matter how much you practice, you’ll probably never be as good a quarterback as Peyton Manning. He just has more innate talent than you do. (And I apologize to anyone reading this who’s the exception to the rule, but what are the odds of that?)

The same might hold true for poker. Many players, no matter how much they practice, will never have enough talent to compete with the likes of Doyle Brunson, Phil Hellmuth, or Daniel Negreanu.

This doesn’t mean you should avoid the Main Event at the World Series of Poker. It’s still a game of chance. Even if you’re only half as good as the other players, you still have a chance of coming out the winner. It’s just that your chances are 1 in 12,000 instead of 1 in 6000.

How do you get good at poker?

The same way you get to Carnegie Hall—practice, practice, practice.

I suggest starting by playing online at some of the free games. Read a basic book about the game you’re most interested in—probably Texas hold’em, since that’s where most of the action is.

As soon as you can, move up to real money games. The way people play differs dramatically even when there’s only a tiny amount of money on the line. Even $0.01/$0.02 games see better hands winning the pots and more people folding.

As you start winning consistently, you can go up in stakes. You should go up in stakes as soon as you have a large enough bankroll to avoid going broke at the next level.

You should also read books about the game. Some of the better ones include Super/System, which was edited (and partially written by) Doyle Brunson, Small Stakes Holdem by Ed Miller, and The Theory of Poker by David Sklansky. In fact, The Theory of Poker is essential reading for anyone who wants to seriously learn how to win at the game in the long run.

9. Play Daily Fantasy Sports

Daily fantasy sports were started by a lot of the people who were involved in the online poker industry. The launch of these games was directly a result of the passage of UIGEA (The Unlawful Internet Gambling Enforcement Act). That law had a specific exemption built into it for fantasy sports. So the poker moguls put their heads together and figured out that they could shorten the time frame for the fantasy sports contests and treat them just like poker tournaments in terms of buy-ins and payout structures.

Smart players who know a lot about sports are able to put together teams that are more likely to win. And if you can beat the other players often enough to overcome the vig or the rake, then you can make a profit playing daily fantasy sports.

Of course, I should explain how the vig works in fantasy sports. If you’ve played poker online, you’re probably familiar with the structure already.

To enter a daily fantasy sports league, you pay an entry fee of something like $10 + $1 or $20 + $2. The first number is the amount of money that you’re contributing to the prize pool. The 2Dakota du Nord number is a fee that you’re paying to the house. If you’re in a $10 + $1 tournament with 10 players total, the prize pool is $100. The other $10 in entry fees goes to the house.

In order for you to show a positive ROI playing daily fantasy sports, you have to be able to win often enough to compensate for the additional feels. The reasons why should be obvious.

Suppose you are just as good as everyone else in a daily fantasy contest. If there were 10 contestants, you’d be expected to win once out of every 10 times. So you’d win $100 over 10 contests, which is $10 per contest. But you’d still have lost another $10 in entry fees.

On the other hand, if you won twice, you’d have won $200, but you’d still have paid $10 in entry fees.

So the better your chances of winning are compared to the other players, the more likely you are to be able to beat the vig.

The intricacies of winning these daily fantasy contests are many. You have to decide which kinds of tournaments you prefer—the 50/50 tournaments and the ones with the big prize pools. Different strategies are rewarded in each type of tournament.

If you’re playing the 50/50 tournaments, which are also called “cash games”, you’re looking at minimizing volatility. You want dependable players. You want a balanced team that you’re certain is going to outscore the average team, but they don’t have to outscore the team by much.

In this type of contest, half the field gets paid—the top half. So you don’t get any more money from being the #1 point-scorer than you would if you were #49 or #50 in a 100 entrant tournament. So you’re looking to put together a fantasy team that has an 80% chance of scoring 120 points, not one that has a 35% chance of scoring 180 points.

The other type of daily fantasy sports contest you can participate in is called a tournament. In this type of content, the top players get paid more based on how they placed. For example, the winner of the tournament might get 30% of the entire prize pool. 2Dakota du Nord place might get 20%. The other top 18 players out of 100 might get the rest.

In this case, you have to go big or go home. You have to embrace volatility. And you need a team that’s potentially going to score more points than any other team. In this case, you’d much rather have the team with the 30% chance of scoring 180 points.

You can find more details about becoming a fantasy sports winner on this section of this website.

10. Bet on Sports

In the book How to Make $100,000 a Year Gambling, the authors suggest that a talented sports bettor can make more profit than any other kind of gambler. Of course, if you want to win on this side of the equation, you have to be able to win often enough to beat the vig. This means winning at least 52% or so of your bets—just to break even. Every percentage point you can increase your winning percentage by results in a higher ROI for you.

Let’s look at the math behind that for a minute:

You make 100 sports bets in a row, and you win 55% of them, betting $110 on every game. You win 55 X $100, or $5500. You lose 45 X $110, or $4950. Your profit is $5500 – $4950, or $550.

Most sports bettors measure their performance based on ROI (return on investment). You calculate that by dividing your winnings (or losses—you can have a negative ROI) by the amount of money you wagered.

In this case, with a 55% winning percentage, you profited $550 on an $11,000 investment. That’s a 5.5% ROI, which sounds small, but it’s actually not bad at all. Many people are happy to see that kind of return on an annual basis. In fact, you’re lucky to find a savings account that pays 1% per year these days.

One way to think of this ROI is as interest on your money. When you’re talking about interest, you can think about compound interest, which means that you’re making money based on the new total.

Here’s how that works:

You bet that $11,000 over the course of a month. Next month, you have $11,550 to bet, so now you bet $115.50 per game. Now you’re winning slightly more on your bets. (You don’t have to bet in multiples of $110, even though that’s what the ratio of your winnings is based on.) This month, you lose $5197.50. You win $5775. Your profit this month is $577.50.

The rule of 72 says that you can divide the interest rate you’re earning into 72 to find out how long it will take you to double your money. If you’re earning 5.5% on your money, you’ll double your money every 13.1 periods. So in a little over a year, your bankroll will increase to $22,000.

Now that you have a bankroll that’s twice the size of the previous year, your earnings will double, too. Now you’re profiting $1100 a month instead of $550.

And obviously, if you’re starting with a larger bankroll, you can see greater monthly earnings. Let’s say you’re able to put $110,000 into action every month instead of $11,000. You’re earning $5000 a month, which is enough to live on. And in a year, you can double that to $10,000 a month, which is a decent living by most standards.

But how do you get good enough to achieve a 55% win rate. After all, the handicappers who work for the sports books are experts. Their lines are going to be as close to accurate as you can imagine.

You can look for patterns to exploit, but these patterns don’t last forever. Think of sports betting as a marketplace. As the marketplace matures, it becomes more efficient. This means that yesterday’s betting systems won’t work today.

One tactic that seems to work well over time is called “fading the public”, or betting against the public.

Comment cela marche-t-il?

You watch for changes in the line. When the line changes, it indicates that the general public is betting heavily in one direction. The sports books change the lines in order to stimulate action on the other side of the event. If the original line was correct, and it usually is, betting against the public is a positive EV move.

It’s always a good idea to bet against the general public, because the general public doesn’t really know what it’s doing it. So if the line is improving on one side, bet with where the line is improving.

Voici un exemple:

The Cowboys are playing the Redskins, and the Cowboys are the favorites by 7 points. The bookmakers wind up with 70% of their action on the Cowboys and 30% of their action on the Redskins. They want to get more money on the Redskins.

So the bookmakers make the Cowboys a 7.5 point favorite instead. That movement of the line is a clue that you should bet on the Redskins. Often the line will have to move several times in order to get the money even on both sides. The sharps I know bet more every time the line moves. (A “sharp” is a knowledgeable sports bettor who wins more often than he loses.)

Fading the public is just one way of getting an edge in sports betting. Following the news more closely than your competitors is another way of getting an edge. If you can find out information that might affect the outcome of a game sooner than the general public, you can get an edge that way, too. The point spreads will adjust based on the new information, but you’ll have made your bet before that happened, giving you an edge.

Conclusion

Making a living as a gambler isn’t the easiest thing to do. It’s not nearly as glamorous or as exciting as you might think, either. But it is something you can pull off, especially if you’re willing to work hard for it.

The first steps you need to take are learning the math behind gambling and probability. Follow that up with developing the self-discipline to set and achieve your financial goals. Without those 2 factors in place, you won’t be able to succeed as a professional gambler.

Then you need to decide which approach to gambling for a living that you want to take. You’re not limited to the 10 suggestions on this page, either. You might be able to figure out other ways to get an edge. In fact, the only way you can make a profit in the long run is to figure out how to get a consistent mathematical edge. Once you’ve done that, it’s just a matter of being disciplined in your approach.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *